05 février 2016

2016-02-05-Quaresma.jpg


Carême: L’Evêque de Leiria-Fatima présente “Chemins de Miséricorde”


Le Message a été diffusé cet après-midi


Le Carême 2016 « ne peut pas simplement être comme les antérieurs », car il est situé au cœur de l'Année Sainte de la Miséricorde, dit l’évêque de Leiria-Fatima dans le message pour ce Carême, qu’on a fait connaître à tous les diocésains, ce vendredi.

Selon Mgr Antonio Marto cette coïncidence “exige qu’on donne un ton approprié » au parcours des quarante jours préparant à Pâques, comme le Pape François nous suggère, en nous défiant « à célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu » afin que notre vie « gagne un esprit et un style de miséricorde ».

Parmi les propositions pour ce « cheminement », le prélat a recommandé l'écoute de la Parole de Dieu; la célébration du sacrement de la réconciliation et la pratique des œuvres de miséricorde.

« Nous devons nous mettre à l'écoute de la Parole de Dieu », parce que ce n’est qu’ainsi que « l’on pourra découvrir le visage miséricordieux du Père, approfondir la richesse de la miséricorde et les attitudes correspondantes dans notre mode de vie et nos relations ».

À cette fin, l’évêque de Leiria-Fatima rappelle que les diocésains ont à leur disposition la retraite spirituelle sous le thème « La grâce de la miséricorde sous le regard de Marie », qui offre l'occasion de découvrir « la grâce de la miséricorde par laquelle Dieu guérit les blessures et les péchés » de chaque personne.

Il convient de rappeler que le livret de cette retraite comprend six thèmes, à savoir, six réunions de Carême: ‘Marie, chantre de la miséricorde de Dieu’ est le premier où l’on commence par « écouter et méditer le magnificat », le deuxième thème est l‘humilité et la confiance en Dieu’, à partir de la parabole du pharisien et du publicain dans le temple ; ‘Le regard qui change la vie’ renvoie à l'histoire de Zachée.

Puis, le quatrième thème est la ‘Fête du pardon’, le retour du fils prodigue ; le cinquième  rappelle la bonté de Jésus pour la femme pécheresse à qui il offre « un pardon qui renouvèle sa vie » et dans le sixième, ‘Marie, Mère de miséricorde’, on contemple l’heure où Jésus confie sa mère au disciple bien-aimé ».

A partir du thème de la Retraite spirituelle 2016 pour le peuple chrétien – ‘La grâce de la miséricorde sous le regard de Marie’ – le prélat observe qu’on va le faire « aidé par le cœur et le regard de miséricorde de la Mère du Seigneur ».

Dans ce contexte, Mgr Antonio Marto invite les fidèles, les familles et les communautés à « s’adonner à la lecture en prière de la Parole de Dieu, pendant quelque temps », en groupe, et à répéter personnellement cet exercice « au moins une fois par semaine, tout au long du Carême ».

« A travers sa Parole, Jésus parle à notre cœur et le guérit de l’égoïsme, du péché et de l’indifférence » a signalé l’évêque diocésain, dans la note de présentation de cette retraite pour le carême.

Il convient de noter que chaque réunion a été préparée pour durer environ une heure comprenant des moments de prière, la lecture et la compréhension de la Parole de Dieu, la méditation personnelle et partagée, le chant et l’engagement pour un changement du style de vie.

L’initiative « 24 heures pour le Seigneur », qui aura lieu les 4 et 5 mars, « est une occasion d’écoute en prière de la Parole dans un moment intense de prière et d’adoration », dit le message de Mgr Antonio Marto.

Citant à nouveau le message du Pape François, le prélat a dit que « la miséricorde de Dieu est en effet une annonce au monde : mais chaque chrétien doit faire personnellement l'expérience d'une telle annonce ». Par conséquent, « il est nécessaire de bien préparer ce moment afin qu'il ait de la qualité et l'engagement de groupes et de mouvements des communautés », en leur assurant la possibilité de la célébration  du sacrement de la réconciliation.

« L’appréciation du sacrement de la réconciliation est l‘un des aspects qui devrait mieux caractériser le renouveau spirituel et pastoral de l’Année de la Miséricorde », dit Mgr Antonio Marto, tout en soulignant l'importance de mettre l'accent sur ce sacrement, « car il permet de toucher la grandeur de la miséricorde. Il sera pour chaque pénitent la source d’une vraie paix intérieure ».

Par conséquent, il est nécessaire de redécouvrir l'importance de ce sacrement, dit le prélat.

Bien que tous les sacrements « soient le signe de la miséricorde de Dieu, le sacrement de la pénitence et de la réconciliation est l'heure et le lieu où nous faisons l'expérience de la compassion de Dieu de la manière la plus directe, plus immédiate, plus intime et plus concrète et où nous recevons le don du pardon, avec la formule de l'absolution », souligne également Mgr Antonio Marto.

« Avant de mettre l'accent sur les actions du pénitent ou la fatigue de la confession, il faut le mettre d'abord sur la confiance dans la grâce du pardon, dans ce que Dieu peut faire en nous », dit-il encore.

Ainsi, dans la catéchèse et la pastorale « on doit montrer qu'il s’agit d’un sacrement de guérison et donc de la joie: la joie du pardon, du retour à la maison du Père, de la guérison des blessures intérieures, de la réconciliation avec Dieu et avec les autres, de retrouver et d'approfondir le goût du bien, de regagner la sérénité et la paix intérieure, d’avancer sur le chemin de la conversion », dit-il.

« L’attitude des ministres du sacrement – les confesseurs – doit être celle d’un père. Leur première tâche est d’accueillir même ceux qui se trouvent dans des situations difficiles: un accueil cordial, compatissant, patient et respectueux de la dignité et de l'histoire personnelle de chaque pénitent », conclut-il à cet égard.

Le prélat diocésain lance également un appel à la pratique des œuvres de miséricorde.

« Le temps du Carême est aussi l'occasion de vivre et de témoigner de la miséricorde par des gestes concrets ».

« Je suggère donc à chacun d'entre nous d’être déterminé à pratiquer, tout au long du Carême, une œuvre de miséricorde corporelle et une autre spirituelle », a-t-il averti.

La contribution pénitentielle [ou l’offrande] de ce Carême dans le diocèse de Leiria-Fatima est destinée à aider des femmes enceintes qui se trouvent en difficultés, par une action sociale et économique implémentée dans le diocèse à travers la Caritas diocésaine.

« Il ne suffit pas seulement de déplorer le fléau de l'avortement : il nous faut trouver des mesures concrètes pour l’éviter, » avertit Mgr Marto.

L’évêque diocésain rappelle également que dans ce cheminement de carême on va réaliser le pèlerinage diocésain à Fatima, le Ve dimanche du Carême, le 13 mars, comme « le signe d’une Eglise qui marche ensemble avec Marie, la Mère de Miséricorde ».

Enfin, encore une fois et conformément le message du Saint-Père, il laisse un appel : « Ne perdons pas ce temps du Carême favorable à la conversion » car vient le temps de grandir à l’écoute de la Parole, d’accepter le pardon de Dieu dans le sacrement de la réconciliation et dans la pratique des œuvres de miséricorde pour ouvrir les yeux et le cœur aux pauvres et à ceux qui souffrent ».

CR

PDF

HORAIRES

10 aoû 2022

Chapelet, à la Chapelle des Apparitions

  • 18h30
Rosaire

Messe, en portugais, dans la Basilique de Notre-Dame du Rosaire de Fatima

  • 18h30
Messe
Ce site utilize des cookies afin d'améliorer votre expérience. En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Votre nagivateur Internet n'est pas à jour. Pour optimiser votre expérience, veuillez mettre à jour votre navigateur.