search clock-o download play play-circle-o volume-up image map-marker plus twitter facebook rss envelope linkedin close exclamation-triangle home bars angle-left angle-right share-alt clock-o arrow-up arrow-down2 folder folder-folder-plus folder-open calendar-o angle-down eye refresh

PAGE OFFICIELLE

Sanctuaire de Fatima

Transmission en direct

Mot-clé : Adoration

Adoracao.jpg


Adoration

Lors de sa première apparition, l’Ange se présente comme une invitation à l’adoration à Dieu. À genoux, le front jusqu’au sol, il invite les trois enfants à l’adoration, celle qui transforme la foi en espérance et en amour : « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne Vous aiment pas. » Cet esprit d’adoration dans la foi, qui se transforme en esprit réparateur dans l’espérance et dans l’amour, se concrétise dans la prière que l’Ange enseigne aux petits bergers lors de sa dernière apparition : « Très Sainte Trinité, Père, Fils, Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences dont il est Lui-même offensé et, par les mérites infinis de son très Saint Cœur, et du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs ». 

Fatima nous rappelle la centralité de l’adoration, en tant que voix intérieure qui nous place face à Dieu, mystère de grâce et de miséricorde. La grammaire de l’adoration est le don humble de son existence dans les mains de Dieu, la reconnaissance de Dieu en tant que Dieu et de soi-même en tant que fils aimé. Dans ce processus, le croyant se purifie, ainsi que son regard et ses actions, à la lumière de l’amour de Dieu envers lui. 

Les petits bergers furent prodigues dans l’esprit d’adoration. Le comportement contemplatif de Francisco, qui recherchait le recueil et le silence pour « penser à Notre Seigneur » et pour le consoler, est surprenant.